vendredi 3 décembre 2010

BELLES PAGES 1 CHAP XIV "LE ROI ET LE BUTIN"

Livre disponible à la librairie de France
( à Abidjan)


Je vais vous raconter une petite histoire.
Je ne pourrais donc pas commencer sans le préalable d’usage : “Toute ressemblance entre cette histoire et des faits ou personnes connus n’est que le fruit du pur hasard”.

Il était une fois, il y a de cela des milliers d’années, sur le continent appelé le Négusland, une petite République appelée Galubuur. Ce petit Etat l’était par sa taille, mais jouait un rôle très influent dans le comté.
Le Négusland était un continent très riche en matière première et disposait d’une civilisation plusieurs fois millénaire, mais depuis quelques six cent ans, Négusland était la proie des peuples du continent voisin le caucasland très pauvre en ressources naturelles.
Cependant, Galubuur n’avait pas été doté par dame Nature de ces richesses, il faisait partie des exceptions qui confirmaient la règle. Mais ce pays regorgeait de la première des ressources naturelles « les ressources humaines de qualité » dans tous les domaines.
Pendant des dizaines d’années un homme politique, nommé Buur, le plus populaire des opposants au Roi de l’époque, alors se battait et disait à qui voulait l’entendre qu’il était l’homme qu’il fallait pour le pays. Il se réclamait pannéguslandisme et voulait un Super Etat Fédéral qui regrouperait tous les Etats du Négusland.
Vers la fin de sa carrière politique, après des dizaines d’années dans l’opposition, Buur finit par être nommé Roi du GaluBuur.
A la même période où Buur prenait le pouvoir par les urnes en l’an 1 de la Révolution, un citoyen de Galubur venait de terminer des recherches le SIDA vaincu 237 La vérité en marche
intenses qu’il menait pour trouver un remède contre la terrible épidémie de SIDAN (Système Inventé pour la Destruction des Autochtones de Négusland) qui menaçait l’humanité mais surtout était en train de décimer le Négusland qui était le plus touché.
L’heureux chercheur s’appelait Aliph, il descendait d’une grande lignée de savants en ce qui concerne le savoir du Laam , il était très modeste et s’habillait humblement, à son accent on voyait qu’il ne parlait pas la langue courante de la capitale le Libyen. Il appartenait au clan de Khoussam qui habite l’extrême Est du pays.
Durant l’an 1 de la révolution donc, Aliph venait de boucler ses recherches, et il avait fini de le tester en fin de chaîne sur des êtres humains, le virus du SIDAN tremblait alors, car un mélange secret à base de plantes venait de signer sa mort certaine.
Les plantes étaient cueillies à Gaïa, à l’intérieur des terres où coulaient les eaux qui prenaient leur source dans la fontaine de jouvence.
Alors que plus de deux dizaines d’années s’étaient écoulées, aucun laboratoire, ni chercheurs n’arrivaient à bout du virus qui avait déjà enterré plusieurs millions d’individus.
C’est alors qu’Aliph alla voir le vizir de la santé de Gallubuur pour l’informer de son invention (le Koun) en compagnie d’un homme de science qui avait validé la nouvelle formule médicamenteuse.
Le vizir de la santé avait reçu la nouvelle avec joie, d’autant plus que l’information était accompagnée d’une bonne documentation et de preuves cliniques, biologiques qui venaient d’un homme de métier.
Le vizir de la santé a rejoint le gouvernement de gaalubuur alors qu’il dirigeait le département du SIDAN à l’OMS (l’Organisation Mondial du SIDAN). Le vizir a alors contacté le service des maladies infectieuses pour que des essais pré cliniques et cliniques puissent se faire pour mieux cerner le produit, quant à son niveau de toxicité et son niveau de réponse biologique.
Alors que les scientifiques venaient d’avoir leurs premiers résultats propres, le vizir de la santé était troublé, en fait la découverte était d’autant plus importante que géostratégique, car elle menaçait les intérêts de la première industrie au monde qui brassait un chiffre d’affaire annuel de plus de 400 milliards de Corie intercontinentale.
Le Sidan regroupait en elle-même plusieurs maladies, car elle n’était pas à vrai dire une maladie mais un état. Cet état de dégénérescence immunitaire favorisait l’attaque de l’organisme par tout ce que la nature connaissait le SIDA vaincu 238 La vérité en marche
d’agents pathogènes et c’est là que survenait la fin fatale : la mort.
Un marché très juteux s’était organisé autour du SIDAN et des maladies infectieuses ; il pesait à lui seul 20 milliards de Corie Inter /an ).
Ce marché était tellement lucratif que l’Etat le plus puissant au monde le Cowboyland, avait vu son Roi, Blinton 1er, porter au pouvoir grâce à l’argent de cette industrie, comme jadis l’argent du pétrole l’avait fait pour son prédécesseur.
Les intérêts financiers étaient donc stratégiques et très importants ; cependant à côté de ce bénéfice financier pesaient des intérêts aussi importants : le bénéfice moral.
Les Caucaselandiens faisaient croire aux Néguslandiens que leurs terres étaient maudites par les dieux et ce, depuis le début de la création par une malédiction, et leur intelligence (si on pouvait l’appeler ainsi) était tellement inexistante qu’elle ne pouvait enfanter que de nouvelles épidémies, des guerres et des actes de barbarie à la limite de l’imagination.
Donc le vizir était troublé par cette découverte, car les pays qui détenaient la science des médicaments et le marché étaient très puissants, et c’est d’ailleurs eux qui fournissaient aux pays de Négusland l’argent nécessaire pour diriger leurs populations.
Le vizir de la santé alla décharger son fardeau vers une pointure du pouvoir qui avait facilité sa nomination (le fantôme). Ce dernier lui posa la question suivante :
- Est-ce que Birima Boye est au courant ?
- Non pas encore ?
Birima Boye est celui qui dirigeait en solo, le fameux lobby de la CNLS (Comité Nationale de Lutte contre le Sidan). En réalité, cet individu concentrait entre ces mains des milliards de francs galubuuriens, pour assurer la promotion et le marketing du Sidan et des produits liés.
Birima Boye était très puissant, même les politiciens le courtisaient pour recevoir des subsides, on le craignait, il dirigeait le puissant lobby du Sidan business durant les deux dynasties qui se sont succédées, il ne dépendait aucunement du Roi, il était même plus puissant que les politiques
qui ne pouvaient pas le commander, car il dépendait directement des argentiers caucaslandiens du Roi.
Il déclinerait probablement des postes de vizirats dans le régime tellement, son poste au CNLS lui rapportait.
C’est lui qui distribuait les parts du gâteau en finançant ça et là des projets de lutte ou de prévention contre le Sidan, en fait il organisait le tapage le SIDA vaincu 239 La vérité en marche
marketing du Sidan et de son marché, il fallait que tout le monde sache que la pandémie était toujours là, il fallait assurer l’existence du marché.
Mais avec la découverte du Koun, le pouvoir de Birima Boye allait disparaître comme la neige au soleil.
C’est ainsi que le (fantôme) alla voir Birirma Boye, pour lui proposer un Deal après lui avoir présenté le dossier du vizir de la santé : « Nous voulons notre part du gâteau, sinon le Koun allait frapper ».
Birima Boye présenta le fantôme à ses patrons qui lui remirent le prix de son silence et de sa collaboration.
C’est ainsi que la Comite Nationale de Lutte Contre le Sidan est passée Conseil National de….
Avec ce nouvel organigramme le Chef des vizirs est désormais le Boss de Birima Boye qui est passé secrétaire exécutif du Conseil, c’est ainsi que le chantage des politiques a fini par avoir raison de l’intouchable Birima Boye et de ses mandants. Les malades du Sidan pourront toujours continuer à crever, les politiques n’en ont rien à f…..faire
Tout juste après ce changement, le Galubuur changea de Chef des vizirs, ce dernier fut remplacé par le fantôme qui détenait, alors un petit trésor politique et des recommandations venant de la Gauland qui souhaitait profiter de cette aubaine pour rattraper le Kaizer-land et le Milord-land. Le tout nouveau Chef des vizirs allait donc piloter ce qui allait devenir « l’affaire Koun Faya Koun"
Le nouveau Chef des vizirs était un jeune loup aux dents longues, sûr de lui et très ambitieux ; il était sûr qu’il lui revenait de prendre la relève de Buur malgré la multitude de prétendants.
Le jeune loup comprit alors que cette nouvelle donne, ce remède miracle, risquait de changer l’architecture de l’économie mondiale, il s’aperçut qu’il venait de recevoir entre ses mains l’instrument qui pouvait lui assurer la succession de Buur.
- Etes-vous sûr que ce médicament est bon ? Demanda-t-il à son vizir de la santé
- Oui !
- J’en suis sûr, la science ne ment pas, la réponse est binaire 0 ou 1.
- C’est qui l’inventeur ?
- Un paysan analphabète en gaulandais, un tradipraticien insignifiant, mais il garde toujours en secret le nom des plantes.
- Ceci n’est pas grave on finira par le savoir le moment venu.
- Qui est au courant de l’affaire ?
- L’équipe du service des maladies infectieuses et un vieux professeur.
- Il faut garder le secret, et continuer d’en savoir plus sur le nom des plantes et circonscrire l’étendue de ceux qui savent.
On était déjà au milieu de l’an 2 de la révolution et des essais cliniques sur des patients atteints de Sidan avaient été organisés par le vizir de la santé ; ces essais étaient surveillés de près par ce dernier et son Chef des vizirs, mais durant les tests, les Gaulandais de l’IRDD (Institut de Recherche pour le Développement de la Dépendance) étaient mis au parfum.
Ils ont commencé eux aussi à jouer leur partition et à profiter d’une brèche : ils ont compris que les scientifiques, comme les politiques essayaient de jouer solo avec leur propre mafia, rien ne les empêchait alors de jouer leurs cartes propres. Ils ont ainsi récupéré beaucoup d’informations
durant cette période et transmis à leur centrale de renseignements des tonnes de données.
Vers l’an 3, alors que les malades des essais étaient tous guéris et rentrés chez eux, tous les résultats avaient été bloqués par le service des maladies infectieuses.
C’était alors l’extase totale et l’euphorie dans le cercle privé qui avait préparé ce piège qui devait ensevelir Aliph, pour lui subtiliser sa découverte.
Mais un combat interne existait entre les scientifiques Galuburriens d’une part et d’autre part entre eux et ceux de la Gauland (IRDD).
Finalement ils conclurent un accord, ils avaient décidé de faire d’autres essais sur 2 groupes de 40 patients.
Lorsqu’une meute de loup affamée tombe sur un bébé antilope perdu et blessé, il y a souvent une bagarre entre eux et ne font même pas attention à l’objet de leurs bagarres, car ils se disent que celui-là son sort est déjà jeté, mais réglons d’abord les comptes avec les concurrents.
C’est à peu près dans cette situation que les comploteurs étaient en face de Aliph et son Koun, il ne faisait même pas attention à lui, pire ils le méprisaient.
Durant tout ce temps là donc, pendant presque trois ans, il semblait que le Roi n’était pas au courant de cette histoire que gérait un petit groupe avec le vizir de la santé, son vizir de tutelle, le baron du Sidan business et quelques scientifiques, en collaboration avec les gaulandais.
Un Plan avait été établi…
Pendant que ce petit groupe de criminels forts de leur assurance que personne ne pourra venir déranger leur plan, et qu’ils avaient « tous » les pouvoirs pour le réaliser, ils ne pouvaient pas savoir que Aliph avait le conclu un accord avec un jeune conseiller inconnu et insignifiant qui devait assurer la sécurité de sa propriété : le Koun.
Ce jeune conseiller Galuburrien s’appelait Katteb, il avait « travaillé » le dossier et suivait l’affaire en faisant des voyages entre le Negusland et le Caucasland où il vivait depuis des années.
Katteb avait compris ce qui se passait et savait qu’un complot s’organisait pour détourner les intérêts de son client, mais il avait aussi compris que les comploteurs étaient prêts à tout et avaient les dents longues. Le jeune conseiller avait aussi flairé que le Roi était peut être floué et que probablement tout se passait sur son dos.
C’est ainsi qu’il entreprit la tactique de la bonne vieille stratégie : « Diviser pour mieux régner ».
Katteb rédigea un document intitulé : « Ce que Galubuur risquait de perdre » qu’il remit au Chef des vizirs d’abord, à des membres de la famille du Roi, et au secrétariat de la Monarchie, en respectant l’ordre de la hiérarchie.
La réaction ne s’est pas fait attendre. Contre toute attente, le vizir de la santé fut limogé et toute la presse se demandait pourquoi, car il n y avait aucune raison connue à cette époque. De plus, dans l’unanimité des témoignages, il faisait du bon travail.
Ce limogeage montrait que Buur n’était pas informé, Katteb venait d’avoir ses premiers résultats, son document a dû faire son effet. Le Roi a alors sanctionné le vizir de la santé à cause de son silence suspect sur un dossier d’enjeu mondial.
Le vizir de la santé, pour sa défense soutenait qu’il avait saisi son vizir hiérarchique le Chef des vizirs.
Devant ce limogeage le Chef des vizirs dit à son complice: “Laisses- moi du temps, le Roi j’en fais mon affaire quand il va se calmer tu pourras tranquillement revenir par la fenêtre”.
A ce moment de la crise, le Roi voulait en savoir plus, c’est ainsi qu’un faux inventeur et une fausse histoire sont entrés dans la danse.
Le Chef des vizirs dans la panique et le désordre venait de créer de toute pièce un film et avait choisi ses propres acteurs. Malgré l’entrée en jeux de Katteb, le conseil d’Aliph l’inventeur, les putschistes voulaient vraiment détourner la propriété de cette grande découverte et restaient convaincus qu’avec leurs pouvoirs, ils auraient le dessus sur l’inventeur et son conseil.
Un inventeur créé de toute pièce a été présenté au Roi. Un mur avait alors été dressé entre le Roi et l’équipe de Katteb, il y avait une et une seule version dans l’affaire Koun Faya Koun.
Le Chef des vizirs, reconnut devant le Roi : « Sir, j’avais été effectivement saisi par mon vizir de la santé, mais j’étais en train de réunir les preuves
de la véracité de cette découverte, avant de vous les présenter ».
Pour mieux faire accepter sa version, il avança à son Roi que des recherches avancées ont été menées et qu’il y a même une puissance Caucaslandienne qui est intéressée et que l’inventeur était prêt pour vendre, il m’a accordé la liberté de négocier en son nom. Je suis son représentant,
il m’a donné carte blanche.
Le Roi savait que si le Gallubuur voulait exploiter ce remède, il allait certainement recevoir la foudre des industriels du médicament qui utilisent leurs états caucaslandiens pour sanctionner en fermant les robinets d’investissements, aides bilatérales et multilatérales. Mais il savait aussi que s’il venait à se savoir qu’il a participé à un complot visant à tirer des profits personnels et oublier l’épidémie qui continuait de faucher des millions de néguslandais et surtout les femmes et les enfants qui étaient les plus exposés, cela pourrait à jamais entacher gravement sa royauté et même après sa mort.
Après réflexions, le Roi se dit : aussi importante soit elle, cette découverte est privée, c’est son propriétaire qui décide et je ne pense pas que cela se saura, je me débrouillerai pour circonscrire cette découverte.
A ce moment là ceux qui sont venus l’informer de cette découverte ne lui ont pas dit qu’eux-mêmes l’ont été grâce à un jeune consultant à travers un document intitulé « Ce que Gallubur risque de perdre ».
Ils lui ont seulement dit que grâce à leur travail et leur efficacité ils ont découvert ce grand dossier.
Un Etat caucaslandien le Gauland était principalement intéréssé, et comme leur industrie pharmaceutique était à la traîne loin derrière les états caucaslandiens leader, il voulait utiliser cette découverte pour devancer tout le monde.
Le Chef des vizirs a mis le Roi dans la confidence : « Nous avons une offre de cadeau de la part de la Gauland : des centaines de milliards de FG, ils veulent le Koun ». Nous pourrons le partager avec l’inventeur et constituer des fonds politiques pour anéantir l’opposition et gagner les élections.
En plus ils sont prêts pour financer des programmes de grands travaux publics, ils ont même décidé d’annuler la totalité de la dette bilatérale et plaider l’annulation des dettes multilatérales.
Les yeux du Roi brillaient…
De plus j’avais démarché quelques milliardaires larabéens, je leur ai dit que c’est un très grand « Cheikh » qui a reçu cette révélation d’Allah et que cela fera avancer leur religion dans le monde.
Le Roi savait qu’en acceptant cela, ils allaient satisfaire leurs propres intérêts politiques et artisans mais allaient sacrifier les intérêts de la population.
Pire, il savait que les malades du Sidan allaient encore attendre des années encore pour espérer avoir leur remède, probablement qu’ils n’ allaient jamais avoir leur remède efficace à 100%, car l’industrie du médicament vend de la santé et n’aime pas les remèdes. Cette crainte du Non
remède était d’autant plus vraie que le Sidan touchait plus les habitants du Négusland que ceux du Caucasland.
Qu’à cela ne tienne !
Si l’inventeur est d’accord pour vendre, après tout, c’est sa propriété….Il venait de se donner une bonne conscience afin de pouvoir sans état d’âme organiser un banquet copieux sur fonds de sidan business.
Les éléments constitutifs du crime contre l’humanité et génocidaire, le plus terrible et le plus ignoble que la race humaine ait connu, étaient en train d’être réunis.
Les centaines de milliards avaient été partagés en trois parts : une pour le faux inventeur, les deux autres pour le Roi et Chef des vizirs.
Cependant, en dehors de l’accord avec la Gauland, des accords parallèles avaient été scellés avec des groupes pharmaceutiques, qui eux aussi avaient versé une rançon pour ne pas que le Koun soit mis sur le marché.
Dans certains pays riches du Négusland très touché, on avait aussi noté des tractations secrètes.
Les puissances de Caucasland productrices de médicament faisaient alors les yeux doux à Buur, les dettes publiques étaient annulées, les travaux publics financés, de nouveaux crédits accordés, Buur recevait des décorations et distinctions honorifiques ça et là entre l’an 3 de la révolution et
l’an 5.
Les milliards coulaient vraiment à flot à Gallubuur et on en dépensait à tour de bras. Tout cela s’est fait sur le dos du vrai inventeur, du peuple Galluburien et des Neguslandais.
Katteb comprit alors que la guerre avait été déclarée par les comploteurs et que son client et lui étaient probablement des ennemis à éliminer, car les politiques sont entrés malgré eux dans un engrenage tel que la solution était l’élimination de tous ceux qui pourraient mettre à nu leur crime cynique.
C’est alors que l’idée de la publication d’un manuscrit a été adoptée par Katteb, pour sauver des vies, sa propre vie et celle de Aliph, des millions de vies, car les malades du sidan aussi avaient le droit à la vie, ce droit même que la magouille des politiques avait foulé des pieds.
Le livre fut édité pour le compte de son auteur Katteb et publié. Le processus d’édition a été fait sans aide extérieure aucune et avec toutes les difficultés du monde, mais finalement le livre vit le jour.
Avec cette publication le compte à rebours du processus d’implosion de la plus terrible des bombes économiques, que l’humanité n’ait jamais connu, venait d’être enclenché : la bombe du Koun.
Durant la semaine où le Roi a reçut son exemplaire de livre, le Chef des vizirs a été limogé à la surprise de tout le monde, une histoire de détournement de denier public avait été évoquée, concernant ce qui est devenu « l’affaire des grands chantiers de Pékéss ».
Plusieurs autres personnes avaient été limogées, dont le grand maître des services secrets de Gallubuur, l’ambassadeur de Gauland, le vizir de l’intérieur et bien d’autres.
En réalité ce qui s’est passé, c’est que le Roi est devenu très vulnérable et exposé avec la publication du livre, car son deal risquait de faire jour, et pire encore, son Chef des vizirs lui a menti en lui présentant un autre inventeur et maintenant, le vrai avec son conseil étaient en train de saisir le monde.
Après le limogeage, le Roi réclamait au Chef des vizirs une sorte de « remboursement du non dû » qui portait sur la part du faux inventeur mais aussi sur celle du désormais ex homme de confiance. Comme c’est le Chef des vizirs qui supervisait les collectes, c’est donc lui qui savait exactement le montant ainsi récupéré.
Le Chef des vizirs qui savait que le Roi ne pouvait le poursuivre pour le remboursement d’un « Butin » refusa de rembourser un seul centime, d’autant plus qu’il savait qu’il n’avait plus le pouvoir et que sa seule garantie était l’argent qu’il avait injustement accumulé. Il se précipita pour dissimuler toutes les traces de ce butin.
Un an après le limogeage, Katteb continuait toujours sa campagne solitaire d’information avec son livre il avait même scellé un partenariat avec l’Etat le plus puissant du Négusland, le ZuluKunda, qui était aussi l’état le plus atteint du sidan.
Il n’a pas été difficile pour cet Etat de valider les prétentions du Koun. En fait, la chimie avait besoin de moins d’une minute pour donner des résultats positifs ou négatifs d’une réaction concernant une extraction liquide sur une cible pathogène.
Sachant qu’il ne pouvait obtenir de son ex vizir l’argent qu’il lui demandait de restituer, l’affaire des chantiers de Pékess finit par envoyer celui-ci en prison.
Mais le Chef des vizirs a pourtant cherché à tordre aussi le bras au Roi, en donnant des indices, en parlant de « partage du butin » dans un célèbre CD qui avait été distribué à la presse.
Cependant, durant cette période, personne ne voulait entendre parler de l’origine réelle de ce butin qui commence à bruler les mains, mais toute l’opposition et les média souhaitaient parler de cabbale politique destiné à éliminer un concurrent au Roi et à son fils.
L’ex Chef des vizirs s’est engouffré dans cette brèche et a utilisé son butin pour alimenter cette propagande.
L’un des impacts recherchés par la publication du livre fonctionna magnifiquement : le drainage dans la capitale de Gallubuur de toute la crème de l’espionnage des pays du caucasland, afin que tout le monde sache qui est le vrai propriétaire et que le monopole de l’information échappe à
Galubuur et éviter ainsi qu’il l’utilise comme monnaie d’échange au profit de ses intérêts privés.
Aucune puissance Caucaslandienne ne va vouloir qu’une autre s’approprie à elle seule cette découverte, les puissances leader dans le domaine pharmaceutique vont vouloir assurer la conservation de leur domination sur les autres, qui elles, vont vouloir avec cette découverte rattraper sinon dépasser les leaders.
Le Caucasland a une culture mercantile de compétition et de domination et cela Katteb l’a bien compris. Maintenant le Koun était devenu un objet de convoitise et il est donc devenu public, car les représentations des monarchies ont toutes transmis l’information.
Le pouvoir savait désormais qu’il avait perdu le contrôle du Koun, désormais on savait qui étaient les vrais propriétaires et comment ils ont échappé aux machinations des politiques et des scientifiques galluburiens.
Le département d’Etat du Cowboyland (l’Etat le plus puissant du Caucasland) a dépêché Condolsa Vice la dame de fer du Département d’Etat, elle était accompagnée du boss de Tsizer, le leader galactique de l’industrie pharmaceutique, pour annoncer la couleur, ils sont venus sous
le couvert d’une conférence internationale. Le Cowboyland allait financer la construction à Gaalubuur un grand centre économique, dans le site de Gamniadio, avec un tissu industriel de pointe, notamment des laboratoires de médicament.
Cette visite a été précédée par celle du Président du Cowboyland.
Le Zuluukunda a dépêché son vizir des services secrets à Galubuur après la visite du Roi Chakala accompagnée d’une forte délégation, la Gauland a dépêché son vizir de la santé qui a annoncé la construction d’infrastructure industrielle de production de médicament. Cette visite avait été précédée aussi de celle du Président Gaulandais.
Le bras de fer avait commencé entre les deux blocs du Caucasland, la nouvelle et l’ancienne terre pour le contrôle du Koun, le zulukunda qui était l’Etat le plus puissant du Négusland (très affecté par le sidan) était au milieu de cette confrontation.
Quelques mois après l’emprisonnement du Chef des vizirs, l’affaire des chantiers de Pékéss ne convainquait toujours pas, car le dossier était vide.
Buur savait qu’il ne pouvait faire traîner le dossier longtemps sans procès, mais il savait que s’il allait en jugement il allait perdre, car ce serait un non lieu. En fait, Buur n’a jamais réellement compté aller en procès, mais il avait misé que l’ex Chef des vizirs n’allait pas supporter la prison et qu’il allait certainement craquer en rendant le butin.
Mais il n’avait pas compté sur la détermination de son ancien homme de main qui avait été mis en confiance par les milliards de francs galubuuriens qu’il avait pris le temps de bien dissimuler.
Donc l’ex Chef des vizirs était déterminé, car il savait aussi que son seul salut était cet argent, il pouvait s’en servir pour entretenir l’intoxication et la propagande orchestrée par une certaine presse, autour de son isolement en prison et surtout pour acheter une partie des membres du parti monarchique.
Mieux cet argent pouvait lui assurer la résurrection politique.
Par contre s’il s’en débarrasse, il est tout simplement mort définitivement.
Quelques mois passés en prison, la bête noire des politiciens fut lancée :
« l’enrichissement illicite ».
Ce délit ou ce crime selon les Etats, est l’arme qui a été créée pour servir d’épée de Damoclès au dessus de la tête des hommes politiques.
Le principe est simple : on prend une période allant du début d’exercice d’une profession ou d’une fonction concernant la personne poursuivie, on fixe la rémunération relative partant de cette période pour finir à une date déterminée. En général on se base sur la déclaration d’impôts.
On retrace toutes les transactions financières sur les différents comptes en banque connus, on détermine la valeur du patrimoine immobilier et autre.
Partant de là on fait la différence entre ce qu’on a gagné et ce qu’on a effectivement en propriété.
Si on trouve que la totalité des biens d’un individu dépasse d’une manière extraordinaire ce que cette personne a gagné ou a hérité, durant sa vie, la justice peut la poursuivre pour enrichissement illicite.
La charge de la preuve est alors renversée (voilà l’entorse faite au principe de la présomption d’innocence), l’individu est chargé alors d’amener la preuve de l’origine de tous ces biens.
En principe (présomption d’innocence) c’est à celui qui « charge » qu’il revient de prouver la culpabilité du défendeur, mais ce dernier n’a pas à prouver son innocence.
Cette présomption d’innocence laisse alors la place à la présomption d’enrichissement illicite liée à la haute fonction dont le présumé coupable était titulaire.
Si le présumé coupable n’arrive pas à prouver jusqu’au dernier centime les origines des biens dont il dispose, alors la justice prononce la sentence : la saisie des biens à hauteur de la valeur relative à la différence entre une somme déterminée et ce que le coupable détient réellement.
En général, les services secrets travaillent à un nettoyage qui consiste à identifier les biens détenus par des prête-noms. Lorsqu’un bien devient suspect dans le cadre de cette procédure le propriétaire fictif est alors chargé de prouver l’origine de ce bien.
Il est très facile, surtout dans les pays du tiers monde d’atteindre un homme politique par le biais de cette procédure.
C’est cette arme qui a dû payer, car l’ex Chef des vizirs savait que Buur ne voulait pas aller en procès et qu’avec cette arme on pouvait le garder en prison pour une bonne dizaine d’années et saisir une bonne partie de ces biens.
De plus, s’il décidait de plonger et faire plonger Buur en rendant public le deal macabre qui est à l’origine de la brouille entre eux, il savait qu’il était politiquement mort et qu’il pouvait dire adieu à son rêve de tenir un jour la barre de Gallubuur.
A l’approche des grandes élections monarchiques, un deal fut trouvé sur un nouveau partage du butin que détenait l’ex Chef des vizirs, ce deal avait été négocié en dehors des avocats de celui-ci, qui ne savaient rien sur les vraies raisons de la brouille entre lui et Buur.
Le deal est le suivant ; le Chef des vizirs sort de prison après avoir versé sur le compte offshore du Roi une partie du butin, il doit disparaître de la scène politique jusqu’après les élections de l’an 7 de la révolution. Le président doit remporter les élections de l’an 7 et dix années après l’ex Chef des vizirs
pourra revenir dans le parti et prendre le pouvoir qu’on lui cèdera.
L’accord fut accepté.
Cependant l’ex Chef des vizirs a pris soin de faire signer à Buur un document par lequel ce dernier reconnaissait que l’origine des fonds était « des fonds politiques ». Buur pressé d’encaisser sa part du butin qui lui servait à financer les élections a signé le document qui, par sa nature même, ne permettra plus la poursuite de l’ex Chef des vizirs pour enrichissement illicite
: Erreur fatale !!!
Pour l’instant ceux qui avaient fourni l’argent objet de cette brouille, n’ont jusqu’à présent pas reçu le secret du Koun, et pire pour eux, aujourd’hui plus que jamais l’affaire du Koun est connue à travers tout le pays et mieux par tous les départements du contre espionnage du Caucasland ainsi que par toutes les comtés du monde.
Katteb continue de veiller au grain et il est sûr qu’un jour très proche le Koun sera un médicament très abordable et disponible dans tout le continent du Négusland, mais aussi dans le Rajaland et le Maoland.
Le Koun aura permis au Gallubuur de réaliser ses grands travaux financés par ceux qui croyaient payer là son prix.
Le Koun ne quittera jamais le Négusland, car il est lui-même partie intégrante, sinon le Négusland lui-même. Le Koun est l’âme de la terre du Négusland, qui est le centre de la terre de Gaïa qui a vu naître le premier homme.
Le Koun, n’existe pas, Ne le cherche pas,
Ne cherche pas ce que tu as…
Ce que tu es.
Nous sommes le Koun.
Qui est Nous ?

vendredi 18 juin 2010

COMMENT VAINCRE LE SIDA ET SON VIRUS LE VIH

COMMENT VAINCRE LE SIDA ET SON VIRUS ?

Par Jack DIOP
Consultant en Développent local dans les PED
Auteur du livre : Le Sida vaincu. La verite en marche
diop.jack@gmail.com face book et email


Devise: Nourrir, Soigner,Éduquer et Loger

Au moment ou la génétique promet des lendemains meilleurs avec la découverte du code génétique, l ADN.
Au moment ou il ya des projets de mémorisation de son code genetique sur son cellulaire pour faire avancer la recherche, trouver des solutions thérapeutiques et prévenir des maladies ; le sida et le cancer continuent de terroriser et de décimer les populations humaines.
En ce qui concerne le Sida, la multitherapie assure la stabilisation de l organisme et les patients doivent vivre en prenant chaque jour des medicaments.
Les specialisations les plus pointues de la medecine utilisent des centaines de milliards de dollars pour mener des recherches afin de tenir en échec ces maladies.
Pendant ce temps, avec tous ces gigantismes et les milliards dépenses dans des recherches, on ne peut s'empêcher de constater la multiplication des maladies dites incurables et chroniques.
L'homme oublie souvent que la pharmacie est née avec la nature.
Pendant quatre milliards d' années la nature s'est forme depuis l' ancêtre des arbres , les algues jusqu'aux forets du Congo et du Rwanda Urundi. Nous assistons donc a la naissance de notre belle planète Terre qui est en soit un miracle qui a donne naissance a un mystère: la vie.
Avec toutes les autres espèces vivantes, nous formons une seule unité, une seule et même famille. Dans cette grande aventure de la vie, toutes les espèces ont leur place et jouent leur rôle, aucune n' est utile ou nuisible, tout s'équilibre. Dans cette belle équilibre les vegetaux nous fournissent donc nos remèdes et une grande partie de notre nourriture. Si sur terre, existent des virus qui comme toutes les espèces ont un besoin primaire de se nourrir afin de se développer, il existe aussi dans la nature des elements qui peuvent assurer l équilibre entre espèces. Nos cellules et les molécules contenues dans la nature parlent le même langage parce que nous sommes de la même famille. Nous avons besoin de ses forets qui se nourrissent du carbone que nous dégageons, parce qu'il nous est nocif, et qui nous fournissent de l oxygene dont nous avons besoin,mais nous avons aussi besoin de ses forets pour tenir en respect les virus et autres bactéries,parsites et prions qui menacent l' homme.
Donc nous pouvons dire que l Homo sapiens qui n'a que 200 000 ans, avait deja des solutions pour ces problèmes depuis presque quatre milliards d'années avant sa venue.

Comme toutes les espèces,nous avons besoin de nous nourrir pour disposer des nutriments dont l'organisme a besoin pour bien fonctionner. Des lors on peut dire que la nourriture est le premier element pour disposer d'une bonne sante, donc le premier médicament.
Originellement, la nourriture nous vient d'ou? De la nature.
Donc d'ou pourrait venir les médicaments efficaces et sans danger dont nous avons besoin pour lutter contre les virus?
De la nature et de nulle part ailleurs.
Les traitements modernes s éloignent de plus en plus de la nature. Et pourquoi ?
Ne nous dit on pas que le futur c est le genetique ?
Donc se nourrir c est en quelque sorte se soigner .
Nous pouvons donc dire que lutter contre les virus commence d'abord par bien se nourrir.
Nous allons procéder a la tentative de trouver des solutions contre les attaques virales en commençant par la maladie qui est en train de prendre le dessus sur les efforts et les tentatives de survie de tout un continent qui a vu naitre le premier humain.

Quid du sida?
Les malades du sida ont comme principaux ennemis les infections opportunistes ainsi qu' un système immunitaire dégrade et souvent des effets secondaires pour ceux qui utilisent les multitherapies de plus en plus actives contre l infection a HIV.

Se soigner contre l'infection a HIV ou sida, doit donc avoir comme préalable de traiter les maladies opportunistes, car c'est elles qui tuent,de renforcer le système immunitaire et d'éviter les effets secondaires, pour enfin tenir en échec l' agent viral.

Je rappelle que l'approche dans ce document sera orientée vers une solution endogène africaine. Il est trop tard pour être pessimiste, ni pour rechercher de l'aide en dehors de la maison, cela dure presque 30 ans que le sida frappe, il nous faut trouver une ou des solutions efficaces endogenes.

SYSTEME IMMUNITAIRE ET INFECTION OPPORTUNISTE

Nous regroupons ces deux cibles du fait que c'est la dégradation du premier qui entraine et facilite la venue du deuxième.
Il existe deux solutions pour lutter contre les maladies opportunistes




A/ Le renforcement et la regeneration du système immunitaire

IL est admis que la nutrition joue un rôle principal dans l'immunite en influant sur la capacité de celle-ci a répondre aux infections.
Les nutriments fournis par la nourriture au corps contribuent a la défense immunitaire de plusieurs façons.
Par exemple la peau ainsi que les muqueuses qui tapissent les poumons et les intestins servent de barrières physiques contre les virus, les bactéries etc... et constituent donc le premier rempart du système immunitaire.
Cette fortification dépend d'un bon apport nutritionnel, notamment en ce qui concerne les vitamines A, elle se détériore lorsque le sujet n'absorbe pas les nutriments nécessaires.
Lorsque cela se produit, les agents pathogènes ont facilement accès a l organisme. Ce processus de défense requiert de l'énergie, des protéines et des minéraux et c'est la nourriture qui est le principal fournisseur de ces armes qui équipent les remparts de la fortification du corps humain. Si le corps manque un seul de ces elements, sa capacité a résister a l'assaut des infections s'affaiblit.
Maintenir une bonne nutrition est donc important, il l'est davantage pour un PV VIH parce que le corps doit travailler encore beaucoup plus pour dompter un assaut viral permanent ou infection virale chronique et lutter contre les infections opportunistes.

Sur le continent africain ou la majeure partie de la population est pauvre, bien se nourrir avec un apport nutritionnel complet est presque une illusion, un rêve, lorsqu on sait que la meilleure façon de s'assurer un apport nutritionnel suffisant de tous ces nutriments consiste a manger une variete d'aliments sains tous les jours. La nourriture est a la base d une bonne sante nutritionnelle, elle fournit le matériau dont se construisent les glucides les protéines et les matières grasses les vitamines et les minéraux
A l'état actuel du développement et de la conjoncture économique, il est impossible que les africains dans leur grande majorité, puissent disposer d'une alimentation riche et complète.

Et DIEU créa la spiruline.....

Plus de trois milliards et demie d'annees avant l'arrivée de l'Homo sapiens, la nature avait deja fabriquée le premier aliment/médicament «ALICAMENT» pour l homme,les algues.
Elles ont ete a la base de l oxygène présente sur la planète en consommant du carbone, mais l'une d'entre elles concentre a elle toute seule tous les nutriments dont l'organisme humain a besoin:
La spiruline
Alors qu ils observaient une ethnie de la région du lac Tchad, des chercheurs européens ont constate qu'il n y avait pas d'enfants, ni d'adultes malnutris dans cette tribu, contrairement a ce qui se passait dans la région.
C'est ainsi qu'ils ont découvert avec cette tribu la spiruline.
Pour que l'absorption des nutriments joue pleinement leur rôle, il y a un organe principal qui doit disposer de toutes ses facultés, alors qu'il n'en est souvent pas le cas.
Le Foie joue un rôle essentiel et central dans le métabolisme de tous les nutriments et de la majorité des médicaments.
Le foie est le plus volumineux des viscères humains, c'est l'organe qui effectue le plus grand nombre de transformations chimiques. Pour bien se nourrir et donc se soigner, il faut s'assurer qu'il fonctionne parfaitement.


Reparation et protection du foie

Les problèmes de foie sont courants chez les personnes vivant avec le VIH. Les causes sont multiples et les médicaments anti-VIH n’en constituent qu’une seule.
Plusieurs infections sont susceptibles d’endommager le foie, dont :
coinfection par les virus de l’hépatite;
infections opportunistes comme le MAC (complexe Mycobacterium avium), la tuberculose, le CMV (cytomégalovirus) ou la cryptosporidiose.
Parmi les autres facteurs qui risquent de porter atteinte à la fonction hépatique indépendamment de l’infection au VIH, on retrouve :
usage répétitif d’antibiotiques;
consommation excessive d’alcool ou de drogues récréatives;
alimentation pauvre en nutriments mais riche en substances chimiques.
S’ajoutent à cela les nombreux médicaments anti-VIH susceptibles d’être toxiques pour le foie. La combinaison de tous ces facteurs explique l’incidence élevée de la toxicité hépatique chez les PVVIH.
La première étape d’un programme visant la réparation du foie consiste à éliminer le plus de sources de toxicité possible. À défaut de pouvoir cesser l’usage de médicaments anti-VIH, les mesures suivantes peuvent s’avérer très utiles :
Tâchez d’éviter les drogues récréatives et de réduire, sinon d’éliminer, votre consommation d’alcool;
Faites-vous vacciner contre les hépatites A et B;
Évitez les comportements qui accroissent votre risque de contracter l’hépatite C, tel le partage d’aiguilles (pour la drogue ou le tatouage) et de trucs utilisés pour renifler de la cocaïne ou de la kétamine (pailles, billets);
Plusieurs médecins prescrivent trop facilement les antibiotiques, ce qui contribue à accroître le risque de lésions hépatiques. On doit les prendre en cas de besoin réel, mais il ne faut pas s’en servir de manière irréfléchie contre un rhume, une grippe ou tout autre problème d’origine virale contre lequel les antibiotiques n’auraient aucun effet;
Éliminez les aliments et les breuvages riches en produits chimiques, y compris la caféine (cafés et colas);
Réduisez votre consommation de matières grasses;
Vérifiez auprès de votre pharmacien qu’aucun de vos suppléments (notamment les plantes médicinales) n’est susceptible de provoquer des problèmes de foie.
Transformer et eliminer
Le foie a pour rôle principal de transformer et d'eliminer, les alcool, les médicaments, les produits chimiques. Il neutralise et détruit les substances toxiques.

Stocker et reguler
Il stocke et régule le passage dans le sang du glucose ( qui est nécessaire au fonctionnement de toutes les cellules du corps) des graisses et du cholestérolémie de certaines vitamines et des minéraux comme le fer et le cuivre.

Fabriquer et Produire
Le foie fabrique des protéines essentielles a l'organisme, permettant le transport des substances dans le sang et participe au système immunitaire. Il produit la bile qui élimine les substances toxiques et permet la digestion et l'absorption des graisses et des vitamines.
Comme lorsqu'on se soigne, il faut consommer des médicaments et se soigner c'est d'abord ingurgiter des nutriments essentiels, sans le bon fonctionnement du foie on ne peut pas guérir, ni bien se traiter.
Donc avec la plante Aliff on procède a une detoxification du foie et accompagner sa regeneration. Cette opération jouera aussi le rôle de drainage des reins intestins et autres organes connexes.

B/ LES MALADIES OPPORTUNISTES ET AUTRES CHRONIQUES
Les maladies opportunistes sont celles qui surviennent, suite a la défaillance des défenses de l'organisme, alors qu'en temps normal celles-ci les auraient tenus en échec.
Les maladies chroniques suivantes,le diabète, les maladies cardio vasiculaire et le cancer font partie de ces maladies opportunistes et avec celle-ci, la machine a tuer s'accelere, car les PVHIV sont plus vulnérables, tant a cause de l'agent viral lui même, qu'a cause de ses effets secondaires dus aux multitherapies.
Depuis les prêtres de l'Égypte pharaonienne, jusqu'aux chercheurs ethno thérapeutes traditionnels de Keur Madiabel au Senegal, la science moderne a analyse avec interet des centaines, voire des milliers de plantes médicinales sur toute la planète, même si nous savons qu'il y a environ 150 000 plantes supérieures connues, avec moins de 10 pour cent qui ont ete criblées.
Les Universités ont crée des branches comme l ethnopharmacologie, la pharmacognosie, la naturopathie, la phytotherapie, le dietetique etc....
Des données scientifiques ont ete stockées dans les plus grands centres de recherche, des solutions simples ont parfois ete annoncées avec beaucoup de difficultés liees a la réticence du tout puissant pouvoir financier base sur la propriété privée, alors que la nature elle, est la propriété de toutes les espèces qui peuplent la terre.
L Afrique recèle des trésors de remède a travers sa flore pour qui sait observer écouter rechercher et analyser.
J ai su observer, écouter, rechercher et analyser. Je peux donc dire : « je sais maintenant ».

Les principales maladies opportunistes pour les africaines infectes du HIV sont : La tuberculose, le cancer et la malaria.


Tuberculose.
Les bacilles de la tuberculose existaient il y a trois millions d'années. La souche originelle serait apparue en Afrique de l Est, le berceau de l'humanité. La maladie serait donc aussi vieille que l'humanité et son expansion à travers le monde serait intimement liée à celle de l'homme. Ce serait l'homme qui aurait transmis la maladie à ses animaux domestiques ou commensaux et non l'inverse.
Pour lutter contre cette maladie, encore appellee maladie des pauvres, il faut lutter contre la misere humaine et améliorer les conditions de vies des populations en créant de la richesse et en favorisant la bonne distribution de celle-ci.
Il faut éliminer les habitats insalubres dans les portes et périphéries des grandes villes et repenser les politiques d'ygienes publiques et d 'habitat et en renforçant les moyens et l'éducation.
Tous les materiau qui servent a produire du ciment existent en abondance en Afrique, il ne reste que la technologie des fours pour la transformation en ciment.
En resume il faut lutter contre la pauvreté.

Le Cancer
Le cancer a pour origine soit des agents infectieux, virales, bactériennes, ou parasitaires, soit, et c'est souvent le cas, le fait de l'homme: alcool, ultraviolet, amiante, tabac, agents toxiques, irradiation etc...
Dans le cas des cancers infectieux il existe des solutions en Afrique connues de tous les chercheurs en ethnopharmacologie africaine qui s'y sont penches: c est le cas des Cancers du foie.
Pour les causes dus aux faits de l'homme, il faut que les hommes redeviennent responsables. Ceux qui auront des comportements irresponsables en paieront le prix et doivent être poursuivis et punis sévèrement dans le cas ou leurs faits ont cause des dommages a des tiers.

La Malaria
Encore appelé le paludisme, elle est causée par une piqure de moustique qui transmet un parasite.
Le parasite du paludisme est transmis lors de la piqûre par une femelle moustique du genre Anophèles , elle-même contaminée après avoir piqué un animal impaludé. Le parasite infecte les cellules hépatiques de la victime puis circule dans le sang, en colonisant les hématites et en les détruisant. Cinq espèces de Plasmodium sont impliquées en pathologie humaine.
Pour lutter contre la malaria, il faut d'abord utiliser tous les moyens pour tenir le plus loin possible, les moustiques qui transmettent le parasite, des habitats de l'homme.
Dans le cas ou les moustiques sont présents, le moustiquaire joue un rôle important, mais il existe aussi des plantes qui font fuir les insectes.
Cependant, il existe dans les forets africaines des plantes et fruits dont la consommation permet de prévenir la maladie et de guérir les malades.

TENIR EN ECHEC LE HIV: MOURRIR DE VIEILLESSE ET EN BONNE SANTE

Les traitements que proposent la médecine moderne sont les plus utilises dans le monde ; ce sont les multitherapies.
Nous savons ces traitements qui sont de plus en plus actifs contre le virus assurent la stabilisation de l'organisme en empêchant le virus de se multiplier, lorsque la prise en charge est faite au début de
l'infection.
Les patients peuvent même aller jusqu'à avoir une charge virale négative( le virus est cache disent les specialistes).
Cependant si la prise en charge arrive trop tar, il n y a pas de traitements.
Les limites de cette solution sont la prise fastidieuse des medicaments et à vie qui occasionne des effets secondaires.

A/ LES EFFETS SECONDAIRES DES MEDICAMENTS ANTI HIV
la perte de l'appetit
Les distorsions corporelles et la lipodystrophie
La destruction des os
Osteopathy
La necrose vasiculaire
l'ostéopénie et l'ostéoporose
Les problèmes cardiovasculaires
La diarrhée
La fatigue
Les gaz et les ballonnements
La perte de cheveux (alopécie)
Les maux de tête
L’insulinorésistance et le diabète
Les calculs rénaux
La toxicité hépatique
Les douleurs musculaires
La nausée et les vomissements
Les cauchemars, l’anxiété et les problèmes de sommeil
La pancréatite
La neuropathie peripherique
Les problemes de peau les problemes sexuels

Ces effets secondaires sont repertories par les praticiens depuis la mise a disposition des multitherapies qui pour autant deviennent de plus en plus actives contre le HIV et permettent de stabiliser
l' organisme.
Chaque effet secondaire est une maladie en soit qu'il faudra traiter en allant voir son médecin.
Et comme les seuls medicaments efficaces dont la medicine moderne disposent sont les multitherapies, on ne peut pas éviter ses effets secondaires, a moins de choisir les traitements alternatifs avec ou sans les multitherapies.

B/ TRAITEMENTS ALTERNATIFS ISSUS DE LA MEDECINE TRADITIONNELLE
Nous ne prouvons pas dire que le seul traitement issu de la médecine traditionnelle efficace, c'est notre tisane, mais ce que nous prouvons dire c'est que nous avons publie dans le livre : Le Sida vaincu ( editions Jack Consulting Abidjan 2010) des elements
biologiques, chimiques et cliniques qui permettent de soutenir qu'au moins notre tisane sait faire la même chose que les Multitherapies, la stabilisation de l organisme, mais sans les effets secondaires et la prise a vie du médicament.

La decoction sénégalaise: LE JAILANI
Methodologie d utilisation
1. 60 premiers jours
Le soir apres le diner prendre du JAILANI en dose 30 cl
Consommez deux à trois grammes de spiruline par jour 0.8-1 gr matin, 0.8-1 gr midi et 0.8-1 gr le soir.
Evitez les produits laitiers et les crudités de legumes dans le cas ou le taux de CD4 est moins de 500

2. 60 jours suivants
A renouveler JAILANI et spiruline

DESCRIPTION DU JAILANI
Le JAILANI est une décoction aqueuse d’un mélange de plantes ;
des recherches ont été menées notamment au niveau du laboratoire de
pharmacologie et de botanique de la faculté de Médecine, Pharmacie et
dontologie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.
Les scientifiques on travaille sur la tisane mais ne connaissent pas le nom des plantes.

ETUDES PHYSICOCHIMIQUES
Au cours du criblage chimique de la recette, il a été mis en évidence des alcaloïdes, des tanins hydrolysables, des tanins condensés et des
hétérosides flavoniques. Par contre, ni des saponines, d’hétérosides
anthracéniques, ni d’hétérosides cardiotoniques.
La recette est tiré à 2,5g d’extrait sec pour 100 ml, renferme 394,2 mg de tanins pour 100 ml. Le dosage des sels minéraux montre que la recette renferme 16mEq/L d’ions de sodium et 8,7mEq/L d’ions potassium.

ETUDES PHARMACOLOGIQUES
Les activités analgésiques centrale (Technique d’AMOUR et SMITH) et
analgésique périphérique (Test à l’acide acétique) ont été explorés versus acide acétylsalicylique chez le rat. Les résultats montrent que la recette ne possède pas d’activité analgésique centrale, par contre manifeste une activité analgésique périphérique significative (p<0,01) à partir de la dose de 750 mg/Kg.
Le test de WINTER ( oeudème de la patte de rat carraghnine) montre que la recette possède, à la dose de 400mg/Kg, une activité anti inflammatoire significative qui se manifeste dès 30 mn( 22,6%) pour atteindre 60,2% au bout de 2 heures.

ETUDES TOXICOLOGIQUES
Toxicité aiguë : L’étude a été faite sur des souris de souches Swiss,
mâles et femelles pesant entre 18 et 20 grammes. Ainsi pour toutes les doses testées par voie orale, à savoir 0,25g/Kg, 0,5g/Kg, 1g/Kg et 1,5 g/Kg, il n’y a eu aucun mort après 15 jours d’observation. Ce qui a permis de dire qu’aux doses analgésiques testées (0, 75g/Kg et 1 g /Kg)le produit n’est pas toxique. En essayant de faire une extrapolation à
l’homme de 70 Kg, il faudra pour la dose de 1,5g/Kg des quantités
supérieures à 105g d’extraits pour qu’une éventuelle intoxication puisse s’observer. Ceci permet de confirmer que la dose quotidienne préconisée par l’inventeur aux patients, qui est de 600 ml, répartie en deux prises de 300 ml soit 0,214g/Kg/j n’est pas toxique.
Toxicité subaiguë : Il a été administré à des rats WISTAR mâles et
femelles, la recette de plante à raison de 400mg/Kg pour la dose faible et 1,5g/Kg pour la dose forte pendant trois semaines.
Au terme de la période de gavage, les rats sont pesés puis sacrifiés, le sang ainsi que certains organes comme le coeur, le foie, le poumon, la rate, les deux reins sont prélevés pour rechercher des manifestations toxiques primaires. La prise de poids hebdomadaire montre un gain de poids pour les animaux traités par rapport au lot témoin, quel que soit le sexe.
La recherche du sucre et de l’albumine dans les urines s’est révélée
négative et le dosage de créatinine fait apparaître que le fonctionnement du rein n’est pas perturbé de manière générale, malgré quelques variations notées chez les mâles à dose faible (0,4g/Kg).
Pour la glycémie, nous n’avons noté aucune perturbation.
L’évolution de l’activité des transaminases ALAT (GPT) et celle des ASAT(GOT) ne permet pas de conclure dans le sens d’une modification de la fonction hépatique.
L’examen hématologique ne montre pas de variations physiologiques significatives. Il n’a été noté ni anémie, ni leucopénie ni
hémolyse.
Enfin l’analyse anatomopathologique ne montre pas de variation du
poids relatifs, ni aucune manifestation toxique sur les organes prélevés.

ESSAIS CLINIQUES 2002 MINISTERE DE LA SANTE DU SENEGAL
L’essai durant les mois de juillet et aout 2002 consistait à mettre des PV VIH SIDA sous une thérapique utilisant la tisane Jailani pendant 2 mois et suivre leur évolution clinique et biologique.
Des bilans cliniques et paracliniques ont été effectués à J0, J7, J15, M1, M2 Résultats préliminaires après 2 mois de traitement.
L’adhérence au traitement était parfaite et aucun effet secondaire n’a pas été signalé, de même aucune toxicité biologique n’a pas été notée: la glycémie, les bilans rénal et hépatiques étaient normaux à tous les contrôles…..

Conclusion des essais cliniques
Les résultats préliminaires obtenus après l’utilisation de la tisane « Jailani » chez des patients vivant avec le VIH sont :
Gain pondéral avec une moyenne de 1,5 Kg
Stabilité du taux d’hémoglobine
Stabilité du taux des lymphocytes T CD4
Reprise considérable de l’appétit chez tous les patients
Nette amélioration des lésions dermatologiques qui existaient chez certains patients et bien etre general.
Depuis ces essais de 2002, ce sont des centaines de personnes qui ont beneficie de cette tisane en complement alimentaire, sans souffrir expressement d'une maladie ou en complement d'un traitement specifique, elles sont en tres bonne sante générale.

jeudi 10 juin 2010

Doit on avoir peur des virus ?

Le virus le plus connu aujourd hui c est le HIV. Pourtant le virus qui tue le plus par annee, ce sont les virus des cancers qui appartiennet d ailleurs a la meme famille que l HIV, les Retrovirus.
Le Sida conc comme les cancers sont causes par une meme famille virale.
Est ce qu on guerit du Sida ? La reponse est negative selon les elements entre les mains des medecins et pharmaciens.
Peut on guerir du cancer ? Les reponses ne sont pas claires et homogenes, mais le cancer fait beaucoup plus de victimes par an que le Sida.
Pour le sida, il est admis de parler de Personnes vivant avec le VIH SIDA ou PV/VIH/SIDA, pour expliquer que lorsqu on est infecte c est fini on a le virus a vie dans l organisme.
D ou la consequence suivante; on vit avec jusqu a ce que la mort arrive.
Mais ne vit on pas avec tout jusqu a ce que la mort arrive ?
N est on pas tous des personnes vivant avec les virus lorsqu on sait que ceux ci sont des etres biologiques qui partagent la terre avec nous. D ailleurs est ce que ce sont les virus qui nous envahissent ou c est le contraire?
Les virus ne sont ils pas arrives sur terre avant l homme ?
Doit on avoir peur des virus ?
Comment faire pour avoir le dessus sur eux ?
Pour le VIH le virus qui se multiplie le plus rapidement et qui menace l existence meme de l Afrique la solution s appelle Multitherapie.
Et on dit que cette unique solution permet aux malades de gagner des annees de vies .
Mais existe t il un medicament ou une solution medicale qui n a pas a terme une finalite de faire gagner des annees de vies ?
D eviter de mourrir d une mort autre que la mort naturelle? j entends par mort naturelle, la mort de vieillesse.
Y a t il un traitement medical qui empeche la mort ?
Donc nous devons tous mourrir un jourm mais dans notre vie quotidienne on evite de mourrir en prevenant et en luttant contre les maladies, les guerres, la violences et les accidents.
Donc de la meme maniere que les accidents, la violencem la guerre existent, nous vivons avec les bacteriesm les prions, les virus etc.. et nous devons trouver la parade pour leur survire jusqu a la vieillesse.
Les virus sont ils des etres extra terrestres ou des etres biologiques habitants et partagent notre planete et comme nous qui a besoin de vivre ?
L homme n est il pas un virus pour la planete qu il est en train de detruire ?
Les forets sont devastees, la couche d ozone est beante, les animaux assasines pour de l argent, l air poluee, des guerres orchestrees, des armes de destruction massive distribuees, les oceans sont pillees et la quasi totalite de la population terrestre meurt de famine alors qu une infine partie vit d une oppulence honteuse.
En qui est on meilleurs que les virus ou les vegetaux voire les animaux ?

Je repondrai, ma foi, en disant que tout tourne autour de la conscience...

La conscience est la faculté mentale d'appréhender de façon subjective les phénomènes extérieurs (par exemple, sous la forme de sensations) ou intérieurs (tels que ses états émotionnels) et plus généralement sa propre existence. Si je suis triste ou heureux et que je me rends compte que je suis triste ou heureux, par exemple, je prends alors conscience de mes états affectifs.
Aujourd hui ma conscience me dit que je suis preoccupe de l avenir de l Afrique et ma devies est
Nourrir Soignerm Eduquer et Loger.
Si on ne veut pas se tuer au volant de sa voiture il ne faut pas conduire les yeux fermes.
Si on ne veut pas etre devaste par nos voisins les virus que doit on faire ?
Je suis consultant en developpement local dans les PED, donc je recentre toujours mon analyse en tant que africain et dans l etat actuel de l Afrique et de ses preoccupations qui me preoccupent.
Malgre le code de la route ou le code penal et autres conventions, la violence continue et il y a toujours autant d accident de la route avec son cortege de morts.
Doit on s attendre a ce que le virus disparaissent a jamais de la surface de la terre ?
Je ne crois pas.
Je pense que ce que nous devons faire c est nous concentrer pour que l homme puisse mourrir de mort naturelle c est a dire de vieillesse.
Comment mourrir de mort naturelle ?
La Suite dans le prochain message.

jeudi 17 décembre 2009

LIVRE DISPONIBLE EN VERSION TELECHARGEABLE SUR ABIDJAN.NET

Le livre numérique téléchargeable est disponible sur le coin shoping de abidjan.net.
Vous pouvez payer par carte bancaire sur le coin shoping. Sii vous souhaitez payer par paypal envoyez un message à infos@lesidavaincu.com . Ceux qui ont des parents à Abidjan peuvent les envoyer déposer l'équivalent de 10 dollars us ( environ 4000 Fcfa) au siège de Abidjan.net au Plateau ou à Dakar en appelant le 00221778034585.
Vous ouvrez un compte sur abidjan.net shoping, on vous le crédite et vous pouvez télécharger le livre.

Cela règle beaucoup de probléme car ce livre est fait pour être lu par le plus grand nombre de personne afin d'influer sur la pression de l'opinion publique.

jeudi 19 novembre 2009

Article de Presse mois Août 2009

Accueil arrow Politique arrow ANNONCE- 2e édition du livre Le Sida est vaincu ; la vérité en marche
ANNONCE- 2e édition du livre Le Sida est vaincu ; la vérité en marche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
11-08-2009
La première édition était parue en mars 2004 sous le titre Le Sida est vaincu, sous la plume de Jack Diop, conseil et représentant du Sénégalais, Ld, auteur d’une découverte d’un remède contre le Sida, depuis 2000. Cette fois-ci, Jack Diop, dans le cadre de la gestion de ce «dossier complexe et spécial», revient pour, com­me il nous l’a confié au cours d’une visite, «dévoiler à l’opinion publique sénégalaise et africaine, les découvertes» qu’il a «faites à l’issue de la première édition et lors des travaux de recherches et d’investigations réalisés depuis» et cela pendant cinq ans.

Un remède victime d’enjeux scientifiques et financiers

«Le moment est venu, pour moi, de dévoiler à l’opinion publique sénégalaise et africaine, les découvertes que j’ai faites à l’issue de la publication de la première édition («Le Sida est vaincu : la face cachée d’une découverte, parue en mars 2004) et lors des travaux de recherches et d’investigations réalisés depuis cette première publication.» C’est là, la trame d’un prochain livre signé par Jack Diop, con­seil et représentant de L.D, un tradipraticien dont le remède, comme le disait le Pr Emmanuel Bassène, qui dirige le département de Pharma­co­gnosie et de Botanique à la faculté de Pharmacie de l’Université Cheikh An­ta Diop dans Le Quotidien du mar­di 11 novembre 2003, «améliore le confort des Personnes vivant avec le Vih». Ce livre qui paraîtra bientôt contient des révélations ahurissantes, non pas sur le remède, mais sur l’utilisation et la destination de milliards de l’argent de la pandémie au Sénégal.
Jack Diop, l’auteur de cette édition enrichie par des travaux de recherches et des investigations, s’est particulièrement intéressé cette fois-ci à l’utilisation et la destination de beaucoup de milliards qui sont tombés sur le Sénégal dans le cadre de la lutte contre le Sida dont le remède, persiste-t-il, a été découvert par un tradipraticien dont les initiales sont L.D.
Après avoir rappelé que «c’est dans le cadre de la gestion de ce dossier complexe et spécial que j’ai été con­traint de publier le livre intitulé «Le Sida est vaincu». Et, ajoute-t-il, «au cours de la phase d’instruction de ce dossier, j’ai noté une face cachée de l’affaire ; d’où le sous-titre du livre : «La face cachée de la grande découverte sénégalaise.» Ecrit à la première personne du singulier, le livre de Jack Diop est «un recueil de faits et d’événements», mais aussi de «leurs analyses». Mais pour cette deuxième (ré) édition, il y a un autre sous-titre : La vérité en marche. Un sous-titre que l’auteur justifie par le fait que «la face cachée a commencé à livrer ses secrets à la suite de la parution de la première édition». Pour ce faire, Jack Diop s’appuie sur un faisceau de faits qui mettent en lumière des scientifiques, des hommes et des événements politiques, une manne financière à milliards sur fond d’enjeux autour de la découverte d’un remède contre un tradipraticien sénégalais.
400 MILLIARDS D’EUROS : LE POIDS DE L’INDUSTRIE DU MEDICAMENT
Dans le prochain livre de Jack Diop, également représentant du tradipraticien, s’invitent des sommités de la Médecine. Parmi elles, Eva Marie Coll Seck, le ministre de la Santé de l’épo­que, Professeur agrégé des Univer­si­tés. Jack Diop rappelle qu’«elle est ve­nue de l’Onusida où elle dirigeait le département Afrique, Caraïbe, Pacifi­que, Amérique Latine, Europe de l’Est, et Asie». Mme Eva Marie Coll Seck «a à son actif plusieurs années de pratique des services de maladies infectieuses au Sénégal et en Europe, ainsi que plusieurs publications de recherches». Il y a ensuite «le Profes­seur Souleymane Mboup, un agrégé des Universités». Jack Diop rappelle qu’«il est le premier scientifique qui a décrit le HIV de type 2 en 1985» et qu’«il dirige le laboratoire de virologie de l’Hôpital Aristide Le Dantec au Sénégal». Troisième sommité à s’inviter dans le prochain livre : le Pr Em­manuel Bassène, qui «fait partie des meilleurs pharmacognosistes du monde» et qui «dirige le département de Pharmacognosie et de Bo­tanique à la faculté de Phar­macie de l’Ucad».
Face à cette brochette de scientifiques évoluant dans le monde de la Médecine, un jeune sénégalais dont l’auteur du livre, Jack Diop, rappelle qu’il «a mis au point un remède con­tre le Sida depuis 2000». D’ailleurs, précise notre interlocuteur, «le dossier scientifique primaire de cette découverte a été remis en main pro­pre à Mme le ministre de la Santé (Eva Marie Coll Seck) en 2000 par l’un de ses anciens professeurs à l’Ucad». En plus, selon Jack Diop, «ce remède dispose d’une base scientifique solide (clinique, biologique, chimique), avec deux thèses de doctorat en pharmacie, soutenues depuis 2004 et qui garantissent notamment la non toxicité du produit».
Mais, le jeune tradipraticien sénégalais devra aussi faire avec une superpuissante industrie du médicament dont l’auteur du livre affirme qu’elle «veille sur sa poule aux œufs d’or : un marché de 400 milliards d’euros par an». Or, explique M. Diop, «nous avons une maladie, le Sida, qui est un état de déficience immunitaire qui occasionne la venue de toutes sortes de maladies. Nous avons un remède naturel qui tue le virus, que la thèse dominante, dit être responsable de cette déficience immunitaire, le Hiv. Le remède guérit aussi les ma­la­des du Sida». Le remède du Séné­galais constitue donc une menace pour ce marché de l’industrie du mé­dicament qui pèse près de 400 milliards d’euros.

Par Soro DIOP - sodiop@lequotidien.sn

Article de Presse Août 2009, Wade, Idy, l'argent de la pandémie

Accueil arrow Politique arrow

A paraître - Le Sida est vaincu ; la vérité en marche : Wade, Idy et l’argent de la pandémie

A paraître - Le Sida est vaincu ; la vérité en marche : Wade, Idy et l’argent de la pandémie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
11-08-2009

Jack Diop, auteur d’un livre qui paraîtra bientôt -le manuscrit est terminé- soutient que pendant ces cinq dernières années, ses recherches, investigations et analyses, l’ont conduit à se demander si la brouille entre le Président Wade et son ancien Premier ministre Idrissa Seck n’a pas pour origine la manne de milliards du Sida qui s’est abattue sur le Sénégal après l’annonce de la découverte d’un remède contre cette pandémie par un tradipraticien qu’il conseille et représente. L’auteur soutient être parti d’un faisceau de faits, même s’il ne les révèle pas tous, préférant réserver la primeur aux lecteurs de son livre.

Dans cette partie de son livre dont il a accepté de lever un coin du voile, l’auteur du livre réédité sous le titre Le Sida est vaincu : la vérité en marche, croit trouver une explication à la pluie de milliards qui s’est abattue sur le Sénégal à partir de 2003. Pourtant, un an auparavant, rappelle-t-il, «le Sénégal a atteint son point d’achoppement à l’initiative Ppte (Pays pau­vres très endettés), mais n’a pas été retenu, même pour une annulation partielle de sa dette, alors que 18 pays africains étaient retenus pour des annulations de leurs dettes». C’est à la même année, précisément en juin, se souvient M. Diop, que «le Pr Eva Marie Coll Seck, alors ministre de la Santé, autorise des essais pré-clini­ques et cliniques à l’hôpital Uni­ver­sitaire de Fann», sur le remède de L.D. Puis, un an plus tard, en novembre 2003, «le ministère de la Recherche scientifique autorise des essais cliniques sur des dizaines de malades du Sida». Or, curieusement, souligne Jack Diop, c’est à partir de cette année qu’une averse de milliards tombe sur le Sénégal. «En février 2004, l’Union européenne lance, au Sénégal, en grandes pompes, le plus grand programme de santé du monde (600 millions d’euros, soit 383 milliards de FCFA), qui vise particulièrement des essais cliniques sur le Sida», relève Jack Diop. Ce dernier ajoute que «ce même mois, une crème des instituts de recherche français emboîte le pas à l’Union européenne pour financer des recherches sur le Sida». A l’épo­que, se souvient-il, son cabinet Jack Consulting, avait sorti un communiqué de presse «pour dénoncer une tentative de détournement du nouveau remède et pour annoncer la sortie d’un livre («Le Sida est vaincu : la face cachée d’une découverte»). Deux mois après, c’est «l’annulation du défilé du 4 avril qui devait se tenir à Thiès», un mois avant la sortie du livre, en mars 2004 précisément. Or, c’est «à la même période qu’intervient le limogeage de l’ancien Pre­mier ministre Idrissa Seck, pour une histoire de gros sous», fait remarquer Jack Diop. Ce dernier revient aussi sur «une audience, en juin 2004, entre le président de la République et l’inventeur du remède», en sa présence en tant que conseil de ce dernier. Lors de cette audience, Me Wade «décide d’instituer un collège de scientifiques sénégalais qu’il a appelé «L’équipe de Dakar», rapporte l’auteur du livre. Qui constate que «depuis lors, c’est le black-out total».

LES CHANTIERS DU SIDA
Face à ce black-out du Sénégal, Jack Diop rappelle que lui et l’inventeur du remède sont parvenus, en juil­let 2004, à signer un protocole de re­cherches avec IKS South Africa. Quel­ques jours après, le 29 juillet no­tamment, «le quotidien national Le So­­­leil annonce que la deuxième pha­se du programme de santé Pdis, fi­nancé par les bailleurs de fonds, sera d’un montant de 722 milliards de Fcfa». Et, ne dites pas à Jack Diop que la venue au Sénégal, «en septembre 2004 du Président Thabo Mbecki en compagnie du patron de IKS SA, de Frederik De Clerk et de partenaires financiers», était une simple coïncidence. Non plus que c’était un ha­sard, quand, à «cette même période, le Sénégal se voit annuler l’intégralité de ses dettes vis-à-vis du Club de Paris, du G8, de la Banque mondiale et du Fmi».
A côté de ces «faits», l’auteur met en corrélation l’éclatement de l’affaire des chantiers de Thiès, avec l’arrestation puis l’emprisonnement de l’ancien Premier ministre. Mais, Jack Diop, son auteur, n’emprunte pas, comme la presse, relève-t-il, le chantier d’une «cabale politique». Surtout après avoir lu «en septembre 2005, une révélation dans un article du quotidien L’Observateur intitulé : «Idrissa Seck avoue les véritables raisons de sa brouille avec Wade.» Dans cet article, rappelle M. Diop, Idrissa Seck déclarait : «Je n’ai touché à aucun sou de l’Etat du Sénégal. Ce sont des chèques dont le propriétaire est con­nu et sera connu de tous le moment venu.» Jack Diop, lui, a la certitude que «c’est pour éviter des poursuites que l’ancien Pm qualifie l’argent qu’il détient de fonds politiques». Toujours est-il, fait remarquer notre interlocuteur, qu’«en 2009, les juges de la Haute Cour de Justice prononcent le non-lieu total concernant les accusations de détournement de deniers pu­blics, lié aux grands travaux de Thiès». Jack Diop remarque que «Idrissa Seck refuse toujours de révéler aux citoyens sénégalais l’origine véritable de cet argent». Puis, de se poser ces questions: «Idrissa Seck a-t-il utilisé ce remède comme monnaie d’échange ? Le propriétaire des «chè­ques de Idrissa Seck», est-il le propriétaire du remède ?» Avant de répondre ainsi : «Les Sénégalais, les Africains et le monde ont le droit de savoir, car lorsque la Vérité est en marche…rien ni personne ne peut l’arrêter ; elle est seulement retardée.» Un retard que comblera la prochaine parution de son livre ? Une affaire à suivre…

Par Soro DIOP - sodiop@lequotidien.sn

Article de Presse Août 2009

Accueil arrow Politique arrow

A paraître - Le Sida est vaincu ; la vérité en marche : Wade, Idy et l’argent de la pandémie

A paraître - Le Sida est vaincu ; la vérité en marche : Wade, Idy et l’argent de la pandémie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
11-08-2009

Jack Diop, auteur d’un livre qui paraîtra bientôt -le manuscrit est terminé- soutient que pendant ces cinq dernières années, ses recherches, investigations et analyses, l’ont conduit à se demander si la brouille entre le Président Wade et son ancien Premier ministre Idrissa Seck n’a pas pour origine la manne de milliards du Sida qui s’est abattue sur le Sénégal après l’annonce de la découverte d’un remède contre cette pandémie par un tradipraticien qu’il conseille et représente. L’auteur soutient être parti d’un faisceau de faits, même s’il ne les révèle pas tous, préférant réserver la primeur aux lecteurs de son livre.

Dans cette partie de son livre dont il a accepté de lever un coin du voile, l’auteur du livre réédité sous le titre Le Sida est vaincu : la vérité en marche, croit trouver une explication à la pluie de milliards qui s’est abattue sur le Sénégal à partir de 2003. Pourtant, un an auparavant, rappelle-t-il, «le Sénégal a atteint son point d’achoppement à l’initiative Ppte (Pays pau­vres très endettés), mais n’a pas été retenu, même pour une annulation partielle de sa dette, alors que 18 pays africains étaient retenus pour des annulations de leurs dettes». C’est à la même année, précisément en juin, se souvient M. Diop, que «le Pr Eva Marie Coll Seck, alors ministre de la Santé, autorise des essais pré-clini­ques et cliniques à l’hôpital Uni­ver­sitaire de Fann», sur le remède de L.D. Puis, un an plus tard, en novembre 2003, «le ministère de la Recherche scientifique autorise des essais cliniques sur des dizaines de malades du Sida». Or, curieusement, souligne Jack Diop, c’est à partir de cette année qu’une averse de milliards tombe sur le Sénégal. «En février 2004, l’Union européenne lance, au Sénégal, en grandes pompes, le plus grand programme de santé du monde (600 millions d’euros, soit 383 milliards de FCFA), qui vise particulièrement des essais cliniques sur le Sida», relève Jack Diop. Ce dernier ajoute que «ce même mois, une crème des instituts de recherche français emboîte le pas à l’Union européenne pour financer des recherches sur le Sida». A l’épo­que, se souvient-il, son cabinet Jack Consulting, avait sorti un communiqué de presse «pour dénoncer une tentative de détournement du nouveau remède et pour annoncer la sortie d’un livre («Le Sida est vaincu : la face cachée d’une découverte»). Deux mois après, c’est «l’annulation du défilé du 4 avril qui devait se tenir à Thiès», un mois avant la sortie du livre, en mars 2004 précisément. Or, c’est «à la même période qu’intervient le limogeage de l’ancien Pre­mier ministre Idrissa Seck, pour une histoire de gros sous», fait remarquer Jack Diop. Ce dernier revient aussi sur «une audience, en juin 2004, entre le président de la République et l’inventeur du remède», en sa présence en tant que conseil de ce dernier. Lors de cette audience, Me Wade «décide d’instituer un collège de scientifiques sénégalais qu’il a appelé «L’équipe de Dakar», rapporte l’auteur du livre. Qui constate que «depuis lors, c’est le black-out total».

LES CHANTIERS DU SIDA
Face à ce black-out du Sénégal, Jack Diop rappelle que lui et l’inventeur du remède sont parvenus, en juil­let 2004, à signer un protocole de re­cherches avec IKS South Africa. Quel­ques jours après, le 29 juillet no­tamment, «le quotidien national Le So­­­leil annonce que la deuxième pha­se du programme de santé Pdis, fi­nancé par les bailleurs de fonds, sera d’un montant de 722 milliards de Fcfa». Et, ne dites pas à Jack Diop que la venue au Sénégal, «en septembre 2004 du Président Thabo Mbecki en compagnie du patron de IKS SA, de Frederik De Clerk et de partenaires financiers», était une simple coïncidence. Non plus que c’était un ha­sard, quand, à «cette même période, le Sénégal se voit annuler l’intégralité de ses dettes vis-à-vis du Club de Paris, du G8, de la Banque mondiale et du Fmi».
A côté de ces «faits», l’auteur met en corrélation l’éclatement de l’affaire des chantiers de Thiès, avec l’arrestation puis l’emprisonnement de l’ancien Premier ministre. Mais, Jack Diop, son auteur, n’emprunte pas, comme la presse, relève-t-il, le chantier d’une «cabale politique». Surtout après avoir lu «en septembre 2005, une révélation dans un article du quotidien L’Observateur intitulé : «Idrissa Seck avoue les véritables raisons de sa brouille avec Wade.» Dans cet article, rappelle M. Diop, Idrissa Seck déclarait : «Je n’ai touché à aucun sou de l’Etat du Sénégal. Ce sont des chèques dont le propriétaire est con­nu et sera connu de tous le moment venu.» Jack Diop, lui, a la certitude que «c’est pour éviter des poursuites que l’ancien Pm qualifie l’argent qu’il détient de fonds politiques». Toujours est-il, fait remarquer notre interlocuteur, qu’«en 2009, les juges de la Haute Cour de Justice prononcent le non-lieu total concernant les accusations de détournement de deniers pu­blics, lié aux grands travaux de Thiès». Jack Diop remarque que «Idrissa Seck refuse toujours de révéler aux citoyens sénégalais l’origine véritable de cet argent». Puis, de se poser ces questions: «Idrissa Seck a-t-il utilisé ce remède comme monnaie d’échange ? Le propriétaire des «chè­ques de Idrissa Seck», est-il le propriétaire du remède ?» Avant de répondre ainsi : «Les Sénégalais, les Africains et le monde ont le droit de savoir, car lorsque la Vérité est en marche…rien ni personne ne peut l’arrêter ; elle est seulement retardée.» Un retard que comblera la prochaine parution de son livre ? Une affaire à suivre…

Par Soro DIOP - sodiop@lequotidien.sn